Alex

Auteur : Lemaitre, Pierre

Format : 496 pages

Note :

Editeur : Albin Michel

Année de parution : 2011

La 4ème de couverture

Ne la lisez pas ! Que c’est énervant ces 4ème de couv qui révèlent une (trop) grosse partie de l’histoire…

Qui connaît vraiment Alex ?
Elle est belle. Excitante.
Est-ce pour cela qu’on l’a enlevée, séquestrée et livrée à l’inimaginable ?
Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu.
Alex, plus intelligente que son bourreau.
Alex qui ne pardonne rien, qui n’oublie rien ni personne.
Un thriller glaçant qui jongle avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible où l’on retrouve le talent de l’auteur de Robe de marié.

Le pitch 

Comme sur Netflix, avec ces séries tellement addictives, Alex démarre sur les chapeaux de roue. Une jeune fille est enlevée et commence alors pour le commissaire Verhoeven (que certains connaissent s’ils ont lu Travail soigné, ce qui n’était pas mon cas) une véritable chasse à l’homme, liée à un terrible contre la montre. 
Comment sauver cette jeune fille alors que le commissaire et son équipe disposent d’aussi peu d’éléments ?

L’avis de Julien 

Mon pitch, de manière volontaire, semble résumer un énième polar. Sombre, certainement un peu glauque et terrifiant mais pourtant ô combien banal pour les lecteurs assidus de Cassiopée. 
Pourtant, l’intrigue concoctée par Lemaitre, l’EXCELLENT auteur de Au revoir là-haut, est tout sauf banale !
Avec un habile jeu de tiroirs (miroirs ?), il arrive à détourner toutes nos habitudes de fans de romans noirs pour nous entraîner dans une traque au tueur en série qui ne laissera personne indemne. Les certitudes de la première partie du roman vont vite disparaître pour nous entraîner de rebondissements en stupéfactions.

Les codes du policier du 21ème siècle sont cependant présents. C’est un peu gore parfois, la hiérarchie policière est mise à mal et notre enquêteur possède autant de failles que de qualités. Tout cela est pourtant habilement mené afin de nous empêcher même de ciller. 
496 pages accroché à un bouquin cela peut faire long, c’est pourtant ce qui m’est arrivé pendant l’été…

J’en ai lu des thrillers (certainement trop) mais cela faisait un moment qu’il n’y en avait pas eu un qui m’avait autant happé. 

Pour résumer j’ai adoré les différents changements de perspectives, l’équipe de falabracs presque caricaturaux qui mènent l’enquête et je ne suis pas prêt d’oublier Alex…

Terrible de savoir tout écrire comme Pierre Lemaitre. Le dernier, qui pour moi était capable de passer d’un style à un autre avec brio était l’un de mes auteurs préférés, Robert Merle. J’attends maintenant le roman de science-fiction du lauréat du Prix Goncourt de 2013 !

Pour briller en soirée

Deux romans de Lemaitre ont été adaptés en BD. Cette nouvelle façon de découvrir la littérature traditionnelle est de plus en plus en vogue. 
Il est intéressant de redécouvrir certaines oeuvres sous cette forme et certaines sont vraiment intéressantes. 
La série des Marcel Pagnol éditée chez Grand Angle vaut notamment le détour. 
Je te conseille également l’étranger de Ferrandez (d’après Camus), Zazie dans le métro de Clément Oubrerie (d’après Quenau) ou le crime de l’Orient Express de von Eckartsberg et Chaiko (d’après d’Agatha Christie). 
Pour les plus jeunes ou les plus réfractaires c’est peut-être la bonne entrée vers la littérature !

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article