Au revoir là-haut

Auteur : Lemaitre, Pierre

Format : 624 pages

Note :

La 4ème de couverture

Ils ont miraculeusement survécu au carnage de la Grande Guerre, aux horreurs des tranchées. Albert, un employé modeste qui a tout perdu, et Edouard, un artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », comprennent vite pourtant que leur pays ne veut plus d’eux. Désarmés, condamnés à l’exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l’amertume, les deux hommes que le destin a réunis imaginent alors une escroquerie d’une audace inouïe…Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose avec talent la grande tragédie de cette génération perdue.

Le pitch

Peut-être le premier Goncourt que j’ai réussi à lire jusqu’au bout et avec plaisir !

Ça démarre dans une ambiance de guerre, dans les tranchées, avec la peur de mourir, juste avant l’armistice.
Puis la France d’après-guerre, le chaos physique et moral, où trois hommes vont unir leurs destins : Henri d’Aulnay-Pradelle, qui après avoir envoyé deux soldats à la mort, tente d’éliminer Albert Maillard, témoin involontaire de son crime et Edouard Péricourt, sauveur de Maillart, enseveli par une explosion d’obus.
Alors que le premier se lance dans un douteux commerce de cadavre, Edouard, artiste à la gueule cassée s’associe à Albert, comptable plus cartésien pour monter une arnaque extravagante sur les monuments aux morts.

L’avis de Marion

Le contexte est posé, une époque ingrate où les poilus revenus de la guerre, marqués à vie, seront moins considérés que les morts. Une France qui se relève doucement, encombrée d’arnaques et d’hommages.
C’est l’histoire de la revanche de deux hommes qui vont essayer de survivre, sans le sou, de se relever. Albert et Edouard, l’opposition entre le terre-à-terre et l’artiste, la morale et l’excentricité.

Plus de 600 pages qui se lisent d’une traite tant Pierre Lemaitre (auteur de romans policiers d’origine) allie à la perfection le suspense et l’histoire.
Je te le conseille vivement, pour le plaisir que cette lecture va te procurer, pour apprendre des choses sur cette période de l’histoire et pour frimer un peu dans les transports en commun, c’est quand même un Goncourt !

Pour briller en soirée

Petite précision de l’auteur :
L’arnaque aux monuments aux morts est purement fictive contrairement aux malversations d’Henri d’Aulnay-Pradelle qui s’inspirent du « Scandale des exhumations militaires » qui éclata en 1922.

4 pensées sur “Au revoir là-haut

  • 04/04/2017 à 17:41
    Permalink

    J’ai exactement ressenti la même chose en lisant ce livre. Je l’ai vraiment trouvé très bon.Par contre je ne suis pas trop d’accord avec toi sur les Goncourt : la condition humaine de Malraux, Week-end à Zuydcoote de Merle, les fruits de l’hiver de Clavel (celui-la est magnifique), la vie devant soi d’Ajar, le rocher de Tanios de Maalouf, un aller simple de Van Cauwelaert, la carte et le territoire de Houellebecq c’est quand même pas mal !

    Répondre
    • 04/04/2017 à 17:42
      Permalink

      Oui, effectivement, je n’ai pas lu tous les livres que tu cites mais « la vie devant soi » et « un aller simple », je suis d’accord. Je pensais surtout, en écrivant cet avis « aux bienveillantes » de Littell dont la lecture m’avait vraiment dérangée au point de ne pas pouvoir le terminer. Après celui-là j’ai arrêté de lire les Goncourt jusqu’à « au revoir là-haut !

      Répondre
  • 04/04/2017 à 17:42
    Permalink

    j’ai aussi trouvé que c’est l’un des rares bouquins sur la première guerre à apporter un éclairage nouveau, une vision différente de ce que l’on connaît déjà… Entiereent d’accord abec toi, c’est aussi certainement le seul Goncourt que j’aie lu!! 😀

    Répondre
    • 04/04/2017 à 17:42
      Permalink

      Merci Coline. Tu as quelques ouvrages cités et conseillés au-dessus qui pourront enrichir ta culture « Goncourienne » !

      Répondre

Commentez l'article