Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Auteur : Shaffer , Mary Ann & Barrows, Annie

Format : 416 pages

Note :

La 4ème de couverture

1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…

Le pitch

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Juliet, est un écrivain anglais. En pleine recherche d’idées pour son prochain roman, il va recevoir une lettre. Un certain Dawsey Adams (qui a trouvé son adresse sur un ouvrage de Charles Lamb) lui demande conseil sur l’écriture.

Dawsey habite l’île de Guernesey et fait partie d’un club de lecture : le cercle littéraire des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates. Le club a été créé à l’origine par Elisabeth McKenna pour justifier d’un non-respect du couvre-feu allemand. Les membres historiques étaient contraints de lire pour éviter les représailles des occupants et prirent finalement gout à la lecture.

Des échanges de correspondances vont se créer entre Juliet et les membres du cercle, lui permettant de découvrir l’histoire de l’île et leurs vies durant l’occupation allemande mais surtout de trouver le sujet de son prochain roman… Elle décide alors de faire sa valise et de rencontrer ses nouveaux amis.

L’avis de Marion

Il faut tout d’abord préciser que les auteures ont choisi d’écrire ce roman sous la forme épistolaire, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un échange de lettres entre les héros. Cela peut déranger à la lecture et sembler ennuyeux mais pas du tout.

Le sujet est grave mais raconté avec plein d’humour, de légèreté et d’originalité. C’est une histoire simple de gens ordinaires dans un contexte historique fort. Des personnages extrêmement attachants, loufoques, marqués par la guerre mais qui se retrouvent et sont liés par la passion de la lecture.

Tous les secrets et les trésors que les habitants tentent de préserver vont se délier au fil des lettres notamment les événements dramatiques qui se sont déroulés sur Guernesey et des éléments essentiels vécus pendant l’occupation allemande : le départ des enfants de l’île pour l’Angleterre, le traitement des femmes dans les camps de travail…

A la fin de la lecture, j’en voulais encore. Comme Juliet, je voulais faire la connaissance des membres de ce surprenant cercle littéraire. J’avais surtout une folle envie de partir découvrir l’île de Guernesey dont l’auteure nous décrit avec sincérité la beauté intemporelle et les superbes paysages.

C’est frais et ça fait du bien de penser que la lecture peut être source d’optimisme et de solidarité entre les hommes ! Il y a de l’humour, de la tendresse, beaucoup de bonté, d’humanité et de simplicité. C’est fluide et naturel, ça coule, sans être mièvre.

Pas de twist à la fin. C’est le genre de livres dont on sait très bien que cela va se terminer pour le mieux dans le meilleur des mondes mais c’est un joli moment de lecture, une jolie parenthèse entre deux lectures plus profondes.

A lire… pour le plaisir… garantie sourire aux lèvres ! Accompagné d’un thé chaud et de scones fraîchement sortis du four !

Pour briller en soirée

C’est vingt ans après sa première visite à Guernesey que Mary Ann Shaffer entame l’écriture de son roman.
L’éditeur, après avoir accepté le manuscrit (en 2006) demande de nombreux changements. Mary Ann Shaffer ne peut les effectuer étant très malade (elle mourut le 16 février 2008). Elle demande alors à la fille de sa sœur, Annie Barrows, auteure de littérature jeunesse, de finir la réécriture de son livre. Elle en devient ainsi la co-auteure.

3 pensées sur “Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

  • 03/04/2017 à 11:11
    Permalink

    Sans surprise j’ai adoré moi aussi, mais avec effectivement un petit goût de trop peu à la fin… Tout en sachant qu’il n’y aura pas de suite par le même tandem d’auteures…
    Mais c’est un joli récit et la tournure épistolaire donne bcp de rythme j’ai trouvé!

    Répondre
    • 03/04/2017 à 13:09
      Permalink

      Coline, je crois que tu as les mêmes goûts que Cassiopée ! Effectivement une suite avec ce binôme d’auteures, semble compliquée 🙂 Merci pour ton avis !

      Répondre
  • 03/04/2017 à 16:11
    Permalink

    Et j’en profite Marion, pour te féliciter pour ta photo 🙂

    Répondre

Commentez l'article