Ciao Bella

Auteur : Giuliano Laktaf, Serena

Format : 192 pages

Note :

Editeur : Cherche Midi

Année de parution : 2019

4ème de couv

« J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ? « 

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy. 

Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux… 
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ? 
Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Le Pitch

Anna est enceinte de son deuxième enfant. Sa première grossesse n’ayant pas été un long fleuve tranquille, cela provoque en elle une source d’angoisse au quotidien et va l’amener à consulter un psychologue.

C’est à travers ces nombreux rendez-vous chez sa psy, sur plusieurs années, que nous allons découvrir le quotidien d’Anna, mais aussi son passé, sa famille et sa recherche du bien-être.

L’avis de Marion

Ciao Bella, pour ceux qui suivent les blogs et les réseaux sociaux a été encensé, avant et après sa sortie. En effet, Serena Giuliano est une blogueuse influente sur la sphère et son livre a largement profité du bouche à oreille et du partage de ses autres amies blogueuses.

Alors, qu’en est-il de mon avis après lecture et après ce buzz.

C’est un roman parfait pour cet été. Il se lit très vite, avec des chapitres très brefs qui correspondent aux séances d’Anna chez sa psy, qui raconte.
Elle raconte son enfance en Italie. Son arrivée en France, lorsqu’à 12 ans elle fuit une enfance dure et un père violent. Elle raconte son adaptation et l’apprentissage d’une nouvelle langue. Mais surtout son présent. Avec la naissance de ses enfants, son mari, sa recherche d’épanouissement et d’apaisement professionnel, et ses amies (Virginie Grimaldi, ça vous parle ?).
L’auteure parle de thèmes difficiles qui lui sont chers avec beaucoup de légèreté, sans jamais se victimiser. La violence conjugale, le racisme, la résilience, l’acceptation de soi, l’adaptation, les phobies…

Ne suivant pas spécialement les péripéties et les actualités de cette maman blogueuse, je ne saurais discerner le vrai du faux dans cette histoire même si cela m’a semblé plutôt autobiographique. C’est un petit peu ce qui m’a dérangé dans ce roman. J’avais l’impression de lire un blog. L’auteure a utilisé un style très réaliste et intime, jouant de nos émotions mais finalement quelle est la part de réel dans cette histoire ?  Pourquoi cet entre-deux ? Faut-il être abonné au blog pour le savoir ? C’est assez déstabilisant.
Bizarrement j’ai été émue en lisant les remerciements en fin de livre, qui concrètement étaient ce qui était de plus « vrai » pour moi, dans cette lecture.

Ciao Bella reste malgré tout très agréable à lire et drôle parfois dans certains échanges avec sa psy. C’est moderne et le regard que pose l’auteure sur la vie de couple, son rôle de mère et de femme sont parlants et plein de sensibilité et d’autodérision.

Serena Giuliano a un talent d’écriture indéniable. Mais j’attends de voir le suivant, avec de vrais personnages et de la fiction pure pour découvrir son univers.

Mention spéciale à la Nonna : réelle ou fictive elle reste très attachante et nous transporte en Italie !

Citation

Je me sens profondément italienne, c’est comme ça, j’ai de la sauce tomate qui coule dans mes veines. 

Pour briller en soirée

Le phénomène des influenceuses est un phénomène générationnel, apparu avec les nouvelles plateformes et réseaux sociaux. Au départ, ces influenceuses ne sont pas des personnalités célèbres. Elles le sont devenues en bâtissant une communauté. En acquérant de l’influence, justement, grâce à leur blog ou à des plateformes comme YouTube, Instagram. Et elles sont de plus en plus nombreuses. 

On compte 8,7 millions de Digital Mums en France. Comme son nom l’indique, la  Digital Mum est une mère de famille connectée, qui a digitalisé son mode de consommation des médias et des marques. Achats en ligne et partage d’expériences sur les réseaux sociaux, ces véritables actrices du Web se font appeler les “Social et Shopping Digital Mums”.

Pour en savoir plus sur le business des influenceuses, voici un dossier sur les digital mums.

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article