Et je danse, aussi

Auteur : Bondoux, Anne-Laure & Mourlevat, Jean-Claude

Format : 312 pages

Note :

Editeur : Pocket

Année de parution : 2016

La 4ème de couverture

Un mail comme une bouteille à la mer. D’ordinaire, l’écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d’admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n’est pas une « lectrice comme les autres ». Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu’elle lui a fait parvenir – et qu’il n’ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s’établit qui en dévoile autant qu’elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun… 

Le pitch

Pierre-Marie Sotto, ex écrivain à succès, reçoit un jour un courrier d’une lectrice accompagné d’un paquet. Lassé de tous ces manuscrits reçus, il décide de le renvoyer et d’en notifier par mail l’expéditrice, Adeline Parmelan, de façon assez sèche.
Ne se laissant pas démonter, cette dernière va petit à petit apprivoiser le Goncourisé, par sa jolie plume, à l’aide de jeux de mots, et confessions épistolaires. Commence alors une longue et surprenante amitié entre les deux âmes esseulées et cabossées par la vie.
Jusqu’à ce que le mystérieux paquet révèle son contenu et ses secrets…

L’avis de Marion

Cette relation épistolaire des temps modernes donne à cette histoire beaucoup d’originalité. C’est très frais et spontané et ce roman se lit assez vite. Les dialogues sont emplis d’humour et de légèreté malgré un quotidien parfois morose.

J’ai beaucoup aimé la forme du roman et le style des échanges entre les différents protagonistes. Les conversations sont vraiment drôles. Elles apportent du sens au propos et de la richesse à l’histoire, avec beaucoup de poésie, de respect et de délicatesse. Comme si les mails étaient écrits à la plume.

On s’attache à ce sexagénaire en panne d’écriture, qui a eu 6 enfants et 4 épouses, et qui a été abandonné par la dernière. La correspondance avec cette Adeline, jeune femme plus ou moins dépressive va le sortir de sa routine et de sa tristesse.

Comme Pierre-Marie, à la lecture des mails, j’ai été curieuse de connaitre la suite, très intriguée par ce personnage singulier, plein d’autodérision et avec une verve unique. Je me demandais où pouvaient bien mener ces conversations et ce qu’attendait Adeline. Tout réside dans cette correspondance et la liberté de ton que permet la distance et l’inconnu. Les deux personnages se révèlent et se découvrent, jusqu’à ne plus pouvoir se passer de cet exutoire virtuel. Ce besoin de se confier leurs secrets, déboires et bonheurs, va leur devenir indispensable.
L’histoire est un peu lente à s’installer et à se mettre en place mais au fil des pages on comprend qu’un mystère et une intrigue vont apparaître et le suspense reste entier jusqu’au bout.

Ce livre tient donc sa promesse de détente et Feel Good mais…
Il m’a quand même manqué un peu de profondeur. Un peu de surprises, de fantaisie. Il tient en haleine grâce à la qualité de l’écriture mais une petite touche de folie supplémentaire aurait été nécessaire.

A mon avis…

Pour briller en soirée

Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat sont deux auteurs issus de la littérature jeunesse.

Et je danse aussi… a été écrit à 4 mains et les auteurs se sont réellement échangés des mails pour avancer dans le récit, sans savoir vers quoi et où ils se dirigeaient. Chacun a joué un personnage. C’est ce qui rend les échanges si spontanés et réalistes. Ils se sont beaucoup amusés à écrire ce livre, ce procédé leur permettant de rentrer dans la peu des personnages, comme en témoigne cette interview.

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article