L’amie prodigieuse, III : Celle qui fuit et celle qui reste

Auteur : Ferrante, Elena

Format : 544 pages

Note :

Editeur : Folio

Année de parution : 2018

La 4ème de couverture

Après L’amie prodigieuse et Le nouveau nom, Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrante raconte cinquante ans d’histoire italienne et d’amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila.

Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’Ecole normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop.

Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix. Celle qui fuit et celle qui reste n’a rien à envier à ses deux prédécesseurs. A la dimension historique et intime s’ajoute même un volet politique, puisque les dix années que couvre le roman sont cruciales pour l’Italie, un pays en transformation, en marche vers la modernité.

Le pitch

Celle qui fuit et celle qui reste, est le 3ème tome de la saga. Des années de vie, d’amitié entre Elena et Lila mais aussi d’histoire et de politique italienne.

Fin des années 60, au commencement des événements de mai 68, les deux héroïnes ont grandi. Elena continue son ascension hors du quartier. Elle a réalisé un brillant parcours universitaire et est diplômée de l’Ecole Normale de Pise. Elle est l’auteure d’un premier roman qui lui a donné une certaine notoriété et l’épouse d’un professeur d’université. Plus confiante, elle va être au centre du mouvement de protestation et de rébellion de la jeunesse italienne.

Lila dont les choix de vie ont été complètement différents est dans une situation plus difficile tant sur le plan social que familial. En totale survie, elle va lutter et réussir grâce à son esprit visionnaire, à s’extraire de sa condition d’ouvrière qu’elle avait choisie par obligation, en pressentant l’avenir de l’informatique. 

Avec pour toile de fond une Italie en totale transformation qui avance vers la modernité, les 2 « amies » vont surtout évoluer parallèlement, sans jamais trop se croiser. Lila, l’amie qui ne vous veut pas du bien va comme toujours réussir à mettre Elena à ses pieds, l’amie fidèle et dévouée qui ne peut s’empêcher de l’aider. Elles vont se retrouver malgré elles, embarquées dans tous ces grands chamboulements liés à cette génération mais aussi dans leurs vies de femmes : maternité, couple, carrière… sans jamais oublier le quartier.

L’avis de Marion

Sans revenir sur la relation qui unit Lila et Elena, complexe, hostile, extrême, éternelle, qui reste au centre de ce volume, l’auteure a choisi de mettre l’importance sur le contexte historique et politique de l’époque.

L’écriture et le style sont toujours aussi fluides. L’histoire captivante. Pas de réponses, juste le fil de la vie qui continue. On retrouve tous les personnages avec plaisir. L’imagination repart de plus belle. Aucune difficulté pour imaginer les décors, les lieux et tous ces visages qui nous deviennent familiers.
Les relations entre chacun sont toujours aussi complexes.

Le format reste identique cependant, et ce qui m’avait légèrement déplu dans le deuxième tome, se reproduit dans celui-ci. Un côté répétitif, avec tous les ingrédients du « succès » réutilisés dans chaque tome, narration plutôt classique, propre et une histoire un peu longue. Quand l’une réussit, l’autre échoue et inversement. Comme s’il était impossible que les deux amies soient heureuses en même temps. Le succès de l’une entraîne forcément le malheur de l’autre. 

Le contexte d’une Italie déchirée des années 60, du féminisme montant, est l’innovation. Cela donne une coloration plus sociale à ce tome.

Celle qui fuit et celle qui reste est un roman mettant en avant des oppositions qui tiendront les deux amies à distance sans pour autant les éloigner à jamais. Laquelle fuit, laquelle reste ?

Rendez-vous très vite pour le 4ème et dernier tome !

Pour briller en soirée

Mai 68 et le mai rampant italien :

Mai 68 a existé en Italie. On l’appelle le mai rampant (maggio strisciante en italien), expression qui désigne les protestation estudiantines et ouvrières qui ont duré environ une dizaine d’années. 

Les causes étaient les mêmes qu’en France (notamment sureffectifs des facultés) mais le mouvement a duré beaucoup plus longtemps et s’est élargi au monde ouvrier. 

Pour en savoir plus : ladepeche.fr/italie-1968-mai-rampant-reuni-etudiants-ouvriers

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article