Le liseur du 6h27

Auteur : Didierlaurent, Jean-Paul

Format : 208 pages

Note :

La 4ème de couverture

« Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ça nous fait drôlement du bien. Ça va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin ».
Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l’amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie. Un concentré de bonne humeur, plein de tendresse et d’humanité.

Le pitch

Guylain Vignolles, 36 ans, a une vie bien réglée et ennuyeuse. Chaque jour il prend le RER de 6h27 qui le conduit à l’usine où il travaille comme préposé au pilonnage. Son travail consiste à dompter la zestor 500 née pour « broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter »…, bulldozer des ouvrages oubliés et invendus dans le but de produire de la pâte à papier pour de futurs livres.
Pour s’éloigner le plus possible de ce quotidien monotone, il utilise le même rituel, sort des feuillets récupérés au hasard dans « la chose » et les lit à haute voix, dans le RER de 6h27, devant les passagers attentifs.

L’avis de Marion

La 4ème de couv’ m’avait plutôt séduite. Le partage et la transmission entre des inconnus, le gout de la lecture, le côté super héros de Guylain qui sauve quelques pages d’ouvrages voués à la destruction. Belle idée, pleine de poésie et de bons sentiments.

Cependant, à cela s’ajoute une histoire d’amour, qui nous éloigne de ce conte littéraire et nous ramène à notre époque. Plus de métaphore, plus de pages sauvées aléatoirement. Guylain va trouver une clé USB, contenant le journal intime d’une dame pipi d’un centre commercial. Ce sont ses textes qu’il lira désormais.
Ébloui et séduit par cette inconnue sa verve et son esprit, sa quête sera alors de la retrouver.

Je n’ai pas détesté ni aimé ce roman, il a une jolie morale mais c’est assez plat et rien n’est traité en profondeur. Il se lit facilement et permet de se divertir. De jolies idées et de sympathiques personnages comme les 2 mamies fans de Guylain ou Giuseppe qui essaye de récupérer ses jambes à travers les feuillets broyés avec elles ce jour-là.
Je crois que j’aurais préféré que le roman s’arrête avant que Guylain ne trouve la clé USB.

Pour briller en soirée

Le premier roman de Didierlaurent, auteur inconnu, était annoncé comme un succès avant sa sortie grâce au bouche-à-oreille. Sa date de parution a dû donc être avancée.
Des producteur américains ont déjà approché la maison d’édition pour en faire une adaptation audiovisuelle.

Commentez l'article