Le mystère Sherlock

Auteur : Erre, J.M

Format : 260 pages

Note :

La 4ème de couverture

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…
Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Elementaire, mon cher Watson ! »

Le pitch

Le professeur Bobo doit prendre sa retraite et décider qui deviendra le titulaire de la chaire d’Holmésologie de la Sorbonne. Ils sont dix à convoiter cette place et paraissent prêt à tout. En effet chacun a fourbi ses armes et préparé discours et révélations.

Pourtant, très rapidement, des cadavres s’amoncellent. Nos détectives en herbe vont donc devoir mettre en pratique leurs lectures pour découvrir qui est le coupable.

L’avis de Julien

Parfois une note de 3,5 est une déception, surtout lorsqu’il s’agit d’un classique ou d’une œuvre dont on attend beaucoup. Pour le mystère Sherlock, c’est au contraire une très agréable surprise et une vraie réussite. C’est un roman policier plutôt léger, plein d’humour et certaines descriptions de cadavres y sont intéressantes :
« La scène était inédite, elle aurait pu être affriolante, mais il y a avait la flaque.
La flaque noirâtre autour du crâne de Rufus. Le résultat sanglant d’une séance sadomaso à l’haltère. La confirmation que le sport est mauvais pour la santé des intellectuels. »

Dans ce huis-clos qui aurait pu être pesant comme dans les 10 petits nègres d’Agatha Christie, la tension est évacuée par le côté absurde de certains personnages ou situations. On se retrouve à sourire devant certains macchabées (oui, oui…).

Les références au canon Holmésien sont nombreuses (fais comme moi, cherche sur wikipédia) et nos universitaires à l’érudition toute Sherlock Holmesienne s’étripent, notamment quand l’un des leurs semble lire et apprécier le plus célèbre des romans d’Agatha Christie.

Pour moi qui ai toujours adoré ces esprits de génie que sont Holmes, Poirot, Lupin et autres, ce livre est un vrai plaisir.  J’ai même été assez fier de moi en ayant certaines intuitions qui se sont révélées (plus ou moins) exactes.

Je te conseille donc fortement le mystère Sherlock et je me pencherai même sur les autres livres écrits par J.M Erre, perpignanais de naissance et Grolandais d’adoption.

Pour briller en soirée

Sherlock Holmes est tellement célèbre que de nombreux auteurs ont utilisé le détective dans leurs romans.
Des pastiches, des avatars et des récits apocryphes existent.
Pour la petite histoire, Maurice Leblanc avait publié en 1906 Arsène Lupin contre Sherlock Holmes. A la demande de Sir Arthur Conan Doyle himself (qui luttait contre l’immense popularité de son héros) le titre fut changé en Arsène Lupin contre Herlock Sholmes.

Tout est parfaitement expliqué dans ce blog écrit par Wiggins, véritable fan et spécialiste.

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article