Le top des Goncourt

Le prix littéraire le plus prestigieux a été créé par le testament d’Edmond de Goncourt en 1882.

« L’histoire est un roman qui a été, le roman est de l’histoire qui aurait pu être ». Jules et Edmond de Goncourt.

Il récompense chaque année le meilleur ouvrage d’imagination en prose depuis 1903. Pour le grand public il récompense souvent des livres ennuyeux. Pourtant, parmi les 114 romans (pour la plupart), certains sont pour nous réellement excellents.

Dans cette liste figurent des romans que nous avons adorés, des romans qui ont marqué une période de notre vie, qui ont une histoire forte.
Si tu trouves que certains mériteraient d’être dans la liste, n’hésite pas et commente !

Les fruits de l’hiver – Bernard Clavel – 1968

Les Fruits de l’Hiver est le dernier volume du cycle de la Grande Patience. Les parents de Julien Dubois essaient de survivre après la guerre mais que leur fils leur manque. Magnifique !
Il faut absolument lire ces 4 romans !

Au Revoir Là-haut – Pierre Lemaitre – 2013

Deux survivants de la première guerre mondiale mettent au point une incroyable escroquerie.

Chanson Douce – Leila Slimani – 2016

Deux enfants sont tués par leur nounou. Nous remontons le fil de l’histoire de cette baby-sitter.

La vie devant soi – Emile Ajar – 1975

Romain Gary est le seul à avoir gagné deux fois le Prix, grâce à ce pseudonyme : l’un de ses proches a joué le rôle d’Emile Ajar devant le public et les journalistes.

Week-end à Zuydcoote – Robert merle – 1949

Ce n’est pas mon roman préféré de la liste, mais j’adore Robert Merle. Je ne pouvais donc pas ne pas le citer. Il raconte ici deux journées d’un groupe de jeunes français pris au piège à Dunkerque pendant la seconde guerre mondiale.

La Condition Humaine – André Malraux – 1933

C’est un roman que j’ai lu au lycée et même si je n’avais été très emballé, il m’avait permis d’avoir une plutôt bonne note au bac français. Il relate le parcours d’un groupe de révolutionnaires communistes chinois.

Le rocher de Tanios – Amin Maalouf – 1993

J’aime beaucoup Amin Maalouf et sa manière de raconter le Liban, notamment dans ce magnifique roman.

Un aller simple – Didier Van Cauwelaert – 1994

Aziz doit partir au Maroc. Commence alors pour lui un périple particulier où l’amitié et la tolérance trouveront toute leur place.

La carte et le territoire – Michel Houellebecq – 2010

Nous suivons Jed Martin, un artiste, qui part à la rencontre de Michel Houellebecq en Irlande.
J’avoue avoir préféré La Possibilité d’une Île du même auteur.

Le soleil des Scorta – Laurent Gaude – 2004

Merci à Nissaxo Véro pour l’avis !
Les Scorta sont maudits par le village et ils vont grandir entre ce village des Pouilles et l’Amérique, entre l’amour, les amours et les haines… une plongée dans le fin fond de l’Italie et une écriture qui sent l’huile d’olive, la poussière et dont le soleil te brûle la peau…

Pélagie-La-Charrette – Antonine Maillet – 1979

Merci à Marc Waltzer pour l’avis !
Une famille d’Acadiens, après le grand dérangement (déportation), tente de faire le trajet retour autour d’une charrette.

Commentez l'article