Les derniers jours de Rabbit Hayes

Auteur : MCPartlin, Anna

Format : 464 pages

Note :

La 4ème de couverture

Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre.
Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.
Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.

Le pitch

C’est l’histoire de Rabbit Hayes, qui va vivre ses derniers jours au sein d’un centre de soins palliatifs. Mais c’est aussi l’histoire d’une famille complètement déjantée, unie et aimante qui doit se préparer à vivre le deuil. Comment accepter cette fatalité ?

Jack et Molly, les parents de Rabbit, vont chercher en vain des protocoles expérimentaux pouvant la sauver ou en tout cas lui offrir encore du temps. Grace et Davey, sa sœur et son frère vont se rapprocher et remettre en question leur avenir. Juliet, sa fille de 12 ans , dans l’ignorance de l’état réel de sa mère va garder jusqu’au bout espoir qu’elle revienne à la maison. Sa famille et ses amis, tous là, autour de Rabbit, pour la soutenir dans cette ultime et inévitable épreuve, ce combat perdu d’avance. Se préparer à un avenir sans elle. Que va devenir Juliet ?

Rabbit, qui doit aussi accepter ce malheur avec douleurs et difficultés, se remémorera pendant ses nombreuses phases de sommeil, son enfance et adolescence, et son Grand amour de jeunesse, Johnny. Une époque heureuse et insouciante bercée de Rock’n Roll et de tolérance mais déjà touchée par la maladie…

9 jours pour se dire adieu.

L’avis de Marion

Certes, le sujet n’est pas des plus gais. Aucune ambiguïté sur l’issue finale. D’avance, on se prépare à être ému. Et pourtant, ce roman est un hymne à la vie, la famille et l’amitié. Il est lumineux et savoureux.

Essentiellement composé de dialogues remplis d’humour et de cynisme, qui rendent l’histoire très vivante, Les derniers jours de Rabbit Hayes, nous donne le sourire malgré son contexte lourd et chargé en émotions.

La maladie est évoquée du point de vue de chaque protagoniste, Rabbit, ses parents, sa fille, son amie…
Les chapitres sont centrés sur une personne en particulier nous permettant d’avoir une vision précise de sa personnalité et sa façon de gérer le manque d’un être cher, la préparation au deuil. On découvre ainsi les pensées, les émotions et les combats de chacun, vécus et à venir.

Tout au long de l’histoire, on évolue entre les moments présents et les souvenirs qui affluent, bercés de musique et de liberté. Passé et présent qui oscillent et s’entremêlent de façon rythmée mais sans que l’on se perde.

Connaissant le destin tragique de Rabbit, je n’avais pas envie d’arriver aux dernières pages, dernier chapitre de sa vie que j’ai lu avec appréhension. Les 3 dernières pages sont donc tristes, mais c’est attendu. Là est tout l’intérêt de ce livre qui démontre le talent de l’auteure. Arriver à raconter un moment tragique, et nous surprendre en nous donnant le sourire.
Le chemin pour arriver à cette fin, l’espoir que l’on garde d’un happy end providentiel, l’évolution des personnages, leur préparation mentale, émotionnelle, tout le processus d’acceptation du deuil est très bien romancé. Le lecteur est épaulé par cette famille attachante et ces personnages touchants que l’on a l’impression de connaitre.

Voyage émotionnel garantie. On referme le livre, en souriant, en pleurant et en aimant la vie !

Note à moi-même : arrêter de choisir des livres « tristes » dont la petite fille s’appelle Juliet(te) !

Pour briller en soirée

Anna McPartlin a commencé sa carrière dans le stand up, en jouant dans un spectacle qu’elle a elle-même écrit. C’est ainsi qu’elle se découvre une passion pour l’écriture et la narration. En 2006, elle publie son premier roman Pack Up The Moon (inédit en France), best-seller en Irlande.
Les derniers jours de Rabbit Hayes est son premier roman publié en France. Elle travaille d’ailleurs sur l’écriture du scénario de son adaptation cinématographique.

4 pensées sur “Les derniers jours de Rabbit Hayes

  • 12/05/2017 à 15:33
    Permalink

    Allez zou, direct sur ma shopping list (oui, je prépare déjà les mouchoirs!)
    #hormonesdegrossesse

    Répondre
    • 12/05/2017 à 17:36
      Permalink

      J’étais certaine qu’il allait te plaire celui-là !! J’attends impatiemment ton avis alors, en espérant que tu accroches autant que moi !

      Répondre
  • 14/09/2017 à 10:27
    Permalink

    Ça y est! Je l’ai lu!
    J’ai attendu d’être prête à lire un livre dont la fin dramatique était connue dès le départ et je me suis lancée!
    Et je ne regrette pas! Ce bouquin vous fait du bien!!! Merci Marion de me l’avoir fait découvrir!

    Répondre
    • 15/09/2017 à 10:45
      Permalink

      Je n’en doutais pas !!! Ravie qu’il t’ait plu 🙂

      Répondre

Commentez l'article