Les intéressants

Auteur : Wolitzer, Meg

Format : 566 pages

Note :

Editeur : Rue Fromentin

Année de parution : 2015

Le 4ème de couv

En 1974, Julie passe son été à Spirit-in-the-Wood, une colonie de vacances. Elle y rencontre un groupe de cinq adolescents qui se sont baptisés « les Intéressants » : Ethan, un surdoué des films d’animation ; Goodman et sa sœur Ash, jeunes New-Yorkais bien nés ; Jonah, le fils d’une célèbre chanteuse folk, icône de la contre-culture, et enfin Cathy, qui rêve de devenir danseuse.

Le roman suit leur vie pendant quarante ans. Ethan épousera Ash. Ensemble, ils connaîtront la réussite et les drames. Goodman devra faire face à la justice. Jonah se détournera de la musique. Et Julie ? Julie se cherchera pendant de longues années et racontera leur histoire à tous.

Le pitch

Julie raconte…

En 1974, aux Etats-Unis, 5 adolescents se retrouvent tous les étés dans un camp de vacances prénommé Spirit-In-The Wood. Différent d’une colonie habituelle, il s’agit d’un lieu où l’on privilégie l’art et le talent et où chacun peut exprimer sa créativité et ses rêves. Persuadés d’être hors du commun, ce groupe d’amis, constitué de jeunes complétement différents – Ethan le passionné de film d’animations plein d’empathie, Ash jeune fille sûre d’elle et future metteur en scène, son frère Goodman le rebelle, Cathy, danseuse en devenir luttant contre un corps trop féminin et enfin Jonah musicien caché et fils d’une chanteuse célèbre – va se surnommer Les Intéressants et accepter parmi eux Julie (rebaptisée Jules), issue d’un milieu plus modeste et sans réel talent.

Julie, surprise et flattée de faire partie de ce groupe très fermé, va connaitre ses premières émotions d’adolescente et va chercher à exister et à se construire à travers et auprès d’eux, tout au long des 40 années qui suivront.

C’est ce parcours semé d’amour, de réussites, mais aussi de drames, de rires et de larmes que nous allons suivre au fil des pages. A travers l’amitié qui lie ces 5 individus, seront racontées 40 années d’histoire de la société américaine, les années SIDA, la crise économique, le 11 septembre…

L’avis de Marion

40 années résumées dans un roman, forcément, cela nécessite des pages !
Les Intéressants est donc une saga, une jolie histoire d’amitiés, avec tout ce que cela peut provoquer : jalousies, désirs, soutien… Les rêves de chacun plus ou moins aboutis. Le tout, condensé en 566 pages. Avec un titre aussi accrocheur, il fallait que ce roman tienne la route.

Je suis très vite rentrée dans la lecture. J’apprécie beaucoup les histoires qui s’étalent sur plusieurs années, qui laissent le temps de s’intéresser aux personnages, et de s’y attacher. Cela permet également de s’immerger complètement dans l’ambiance et le contexte historique, souvent en lien avec l’actualité réelle du moment. Mais cela implique aussi généralement quelques longueurs et passages à vide comme c’est le cas dans celui-ci.
J’ai beaucoup aimé la première partie du livre, l’adolescence, et l’entrée dans la vie d’adulte. La recherche de soi, les rêves et les espoirs encore vivants. J’ai ressenti un peu de lassitude une fois que les personnages décident de se poser, et de gagner leurs vies. Certains laissant derrière eux leur idéal de vie extraordinaire pour rentrer dans une vie ordinaire sans aucune illusion de jeunesse.

Jules, la narratrice, est une héroïne plutôt sans saveur, qui vit dans la jalousie et dans l’idée que le talent et la beauté rendent la vie plus heureuse et plus facile. Ce n’est pas le personnage que j’ai préféré. J’ai trouvé beaucoup plus « Intéressants », les personnages secondaires comme Ethan dont la personnalité ressort et prédomine nettement malgré la mise en second plan de l’auteure. Jules va douter tout au long de l’histoire, et faire parfois des choix de vie plus ou moins discutables.

L’histoire est belle cependant. Ce lien fort, créé à l’adolescence entre ces cinq adolescents, est une ode à l’amitié vraie, celle qui dure. C’est une tranche de vie sur la côte Est des Etats-Unis, écrite de façon subtile et pudique mais aussi drôle parfois.

L’auteure passe d’une époque à l’autre et se joue du temps en baladant le lecteur simplement et sans jamais le perdre. Cette trame non chronologique va être ponctuée de petits événements marquants dans l’existence des personnages, qui vont compter dans leurs vies. Des étapes décisives qui vont renforcer les liens entre eux mais aussi des repères pour le lecteur tout au long du roman.

J’ai tout de même fermé la dernière page avec regret et émotion, ce qui est le signe d’un roman « Intéressant ». En cela, Meg Wolitzer a réussi son pari !

Citation

Les rencontres que l’on fait enfant peuvent sembler idéales, car on est tous égaux et on crée des liens basés seulement sur notre affection réciproque. Mais plus tard, le fait de s’être connus durant l’enfance peut devenir la pire des choses car parfois tes amis et toi, vous n’avez plus rien à vous dire, à part « Tu te souviens de la rigolade en troisième, quand tes parents sont rentrés alors qu’on était complètement bourrés? ». S’il n’y avait pas la nostalgie du passé, ça s’arrêterait. 

Pour briller en soirée

Les camps d’été ou Summer camp sont très populaires outre Atlantique et ont été la base de nombreux sujets de films. Ils sont souvent déclinés autour de thèmes unificateurs comme le sport, l’art, les NTIC, stages linguistiques etc…
Chez nous, on parle plutôt de colonies de vacances et elles n’ont pas forcément la même réputation. Qui n’a jamais été menacé par ses parents « de finir en colo » s’il n’était pas sage !! Avec beaucoup de second degré, voici les pires souvenirs de colo, parce que tout le monde n’a pas eu la chance comme Jules de s’y faire des amis à vie !
Merci papa, merci maman !

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.