Miss Cyclone

Auteur : Peyrin, Laurence

Format : 342 pages

Note :

Editeur : Calmann-Lévy

Année de parution : 2017

La 4ème de couverture

Coney Island, là où New York se jette dans la mer, est un endroit enchanteur l’été, avec sa fête foraine légendaire, et fantomatique l’hiver quand les manèges sont à l’arrêt. C’est là qu’Angela et June, 16 ans, ont grandi ensemble. Deux jeunes filles vives et joyeuses, que rien ne destinait à s’entendre, et que rien ne peut séparer.

Mais une nuit, la nuit où toute la jeunesse new-yorkaise pleure la mort de John Lennon, leur vie prend un tour inattendu : Angela, par un mélange de fatalisme et d’innocence, accepte de son petit ami ce qu’elle ne voulait pas vraiment. Parce qu’elle n’ose pas en parler à June, son silence devient un secret… Et leur destin
à toutes les deux en sera changé à jamais.

Le pitch

Dans les années 80, à New York, Coney Island, Angela, timide italienne issue d’une famille modeste, est inséparable depuis l’enfance de June, grande bourgeoise blonde d’origine hollandaise. A l’opposé autant physiquement que socialement, elles vont cultiver leur amitié au gré des années, et se construire ensemble, au rythme de 4 événements américains de l’époque.
Avec le Cyclone en toile de fond, les célèbres montagnes russes de Coney Island, les deux jeunes filles vont devoir faire des choix et avancer.

Angela vit seule avec Irène, sa mère. Elle habite sur le même pallier que Nick, son petit-ami, avec qui elle doit se marier, c’est prévu. L’avenir de June, est plus incertain, rien n’est écrit à l’avance. C’est chez Nick qu’Angela rencontrera Adam et qu’ils apprendront la mort de John Lennon. C’est chez Adam, à Manhattan, pour le rassemblement à la mémoire du chanteur, que leurs vies prendront une nouvelle tournure, à tous les quatres.

Rythmé par quatre actualités importantes, quatre périodes de vie, Miss Cyclone, raconte comment un événement anodin peut bouleverser une vie.

L’avis de Marion

La jolie surprise de mes lectures estivales !!

Bon d’accord, le roman se passe à NYC (si tu suis Cassiopée, tu sais que ç’est une ambiance et un décor que j’affectionne particulièrement).
Bon d’accord, ce roman est une fresque, la vie d’Angela sur plusieurs années, ses amis, ses amoures, ses peines, ses joies (et ça aussi, j’aime beaucoup).
Bon d’accord, ce roman est le roman d’une génération, celle des new yorkais des années 80, avec John Lennon, en toile de fond, Central park, Coney Island…
Bon d’accord, on retrouve dans Miss Cyclone beaucoup d’éléments du réel, de l’actualité (et j’apprécie quand le réel rejoint la fiction).

Mais pas que…

J’ai aimé Miss Cyclone car c’est un roman d’amour mais c’est aussi et surtout un roman sur l’amitié et l’acceptation de l’autre, fil conducteur du récit. Unies par un lien incassable, Angela et June partageront leurs rêves, leurs désespoirs, leurs doutes, les mariages, les naissances… en acceptant les qualités et les défauts de l’autre.

On va les suivre et les accompagner tout au long des grandes étapes de leurs vies. Avec toutes les problématiques avec lesquelles elles vont être confrontées, comme beaucoup de femmes et qui sont traitées ici avec beaucoup de sensibilité et de justesse. Une jolie plume et un style très léger, de Laurence Peyrin, qui permet d’aborder des éléments dramatiques tout en délicatesse. Les thèmes sont évoqués (la multiculturalité, l’adultère, la maternité, l’éducation, le pardon…) sans jamais donner d’avis tranché et beaucoup de bons sentiments autour de ce quatuor de personnages émouvants, en apprentissage de la vie, menant une valse amoureuse qui ne laissera pas indemne.  

Le découpage avec les éléments du réels, autour de 4 dates qui ont marquées l’Amérique, permet de prendre conscience du temps qui passe, du temps passé, tout en le figeant à des dates charnières. La mort de John Lennon, l’ouragan Bob, le scandale Lewinsky et l’attentat du 11 septembre.
Les choix de vies deviennent alors plus décisifs. Il y a parfois des journées qui semblent anodines au réveil et qui deviennent ancrées dans l’histoire par la suite. Difficile de me souvenir de la mort de John Lennon (je n’étais pas née), mais il nous est tous arrivés de repenser à cette journée du 11 septembre 2001 et à ce que nous faisions au moment d’apprendre la catastrophe. C’est cet aspect du réel et ce mélange de l’histoire avec nos propres souvenirs, que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman.

Miss Cyclone, au-delà de l’histoire, de l’ambiance et de ses personnages très attachants, est un roman subtil et entier, plein d’humanité et de compréhension vis-à-vis de l’être humain avec ses forces et ses faiblesses. On y entre complètement et on y ressort un peu chamboulé, tellement il fait écho à la vie.

Un roman touchant, que je vous recommande vivement, accompagné d’un petit « Imagine ».   

Pour briller en soirée

Le Luna park de Coney Island a été ouvert au public, pour la première fois en 1903. C’est l’un des plus vieux parcs du genre aux Etats-Unis. Les attractions proposées étaient plutôt destinées aux adultes. Coney Island était considéré comme un lieu de dépravation consacré aux jeux d’argent et à la prostitution. Progressivement, des grandes roues et autres grands-huit se sont installés, battant à chaque inauguration de nouveaux records : le plus haut, le plus rapide…

Ses portes ont fermé en 1944 pour rouvrir en 2010 avec de nouvelles attractions. Il compte aujourd’hui une quarantaine de manèges, et toujours le mythique Cyclone Roller Coaster, montagnes russes en bois, avec une altitude culminant à 26m (ce n’est plus depuis longtemps un record !).

Images d’archives

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article