Pars vite et reviens tard

Auteur : Vargas, Fred

Format : 347 pages

Note :

La 4ème de couverture

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d’appartements, dans des immeubles situés d’un bout à l’autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l’oeuvre d’un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique.
De son côté, Joss le Guern, le Crieur de la place Edgar Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d’incompréhensibles annonces accompagnées d’un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d’autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d’un fléau venu du fond des âges.

Le pitch

J’ai découvert Fred Vargas il y a quelques années et Pars vite et reviens tard est l’un des premiers romans de cette auteure que j’ai lu.
Adamsberg est un commissaire atypique : rêveur, avec une intelligence formidable mais très personnelle. Il est « le pelleteur de nuages ».
Son équipe est également intéressante : un adjoint alcoolique mais avec une mémoire et une culture dingue, un bagarreur, une femme forte comme deux ou trois turcs, un timide, un chat qui squatte le commissariat mais qu’il faut porter ne daignant pas se déplacer…
J’aime aussi les personnages secondaires avec des métiers plus ou moins disparus. Dans celui-ci c’est un crieur. J’ai mis un peu de temps à imaginer réellement ce qu’il faisait mais au bout du compte je me demande pourquoi il n’y en plus autour de nous ?!
Enfin, et sans dévoiler trop de l’intrigue, une maladie moyenâgeuse tient l’un des rôles principaux.

L’avis de Julien

Donc, si je résume : un « héros » avec un univers particulier, une intrigue bien ficelée avec « une arme du crime » bien particulière, des personnages secondaires géniaux et originaux. Je te conseille évidemment de lire « Pars vite et reviens tard » et, à mon avis, tu risques de lire d’autres Vargas par la suite !

Pour briller en soirée

Fred Vargas est une femme ! Ca ne change évidemment rien à ma manière d’appréhender ses bouquins, mais j’ai été surpris en le découvrant.
Elle est également archéozoologue (!!!) et l’un de ses articles s’intitule « Les chemins de la peste : le rat, la puce et l’homme » / Frédérique Audoin-Rouzeau, 2003…
Elle porte le même pseudo que sa soeur jumelle artiste (Jo Vargas) en hommage à un personnage joué par Ava Gardner dans La Comtesse Aux Pieds Nus.

Commentez l'article