Un fils en or

Auteur : Gowda, Shilpi Somaya

Format : 544 pages

Note :

Editeur : Folio

Année de parution : 2017

La 4ème de couverture

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant au plus vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman, lui en Amérique, qui est loin d’être le paradis dont il rêvait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main. Mais auront-ils droit au bonheur ?

Le pitch

Anil Patel, vit à Panchanagar, en Inde, où sa famille possède une grande majorité des terres. Il suit des études de médecine et décide de partir effectuer son internat aux États-Unis dans un hôpital du Texas. Promis à un brillant avenir, il s’envole plein d’espoir et empli de la fierté des siens. Sur place, gros choc des cultures et difficulté d’adaptation viennent rythmer son quotidien déjà bien rempli par les études et les nouvelles expériences.

En Inde, Leena, l’amie d’enfance d’Anil est issue d’une famille très modeste. Elle vient de vivre un mariage arrangé et commence sa nouvelle vie dans sa belle-famille, qui ne sera que violence, souffrance et tyrannie.

Anil, dont le père vient de mourir, va devoir revenir ponctuellement en Inde et assumer de nouvelles responsabilités qui le dépassent.

Partagé entre son passé, ses origines, ses traditions et son ambition, il va devoir se construire et trouver sa place auprès des siens ou ailleurs. 

L’avis de Marion

Un fils en or raconte donc le destin de deux amis d’enfance, un parallèle entre deux pays et deux familles, l’opposition entre la tradition et la modernité.

J’ai été complètement embarquée dans cette histoire qui traite de beaucoup de thèmes et de sujets. Il est question d’identité, de survie et de quête de soi. Mais aussi d’honneur, de racisme, d’amitié et d’amour. Elle met en évidence le fardeau des traditions que certains doivent porter et subir parfois, en s’oubliant eux-mêmes. L’influence de la famille, du village. La condition des femmes qui reste encore difficile avec notamment les mariages arrangés, la violence conjugale.

Avec ce roman complètement addictif, nous ne sommes pas dans la guimauve bollywoodienne. Bien au contraire. C’est une histoire qui ne peut laisser insensible. Il y a des passages assez violents de cruauté humaine, que ce soit aux Etats-Unis ou en Inde. Mais il y a aussi du rythme, des personnages courageux, pleins de tendresse et de richesse, que l’on découvre au fil des pages et dont on ne peut se détacher.
On s’évade et on voyage avec Anil et les siens.

Un fils en or, c’est aussi le monde de la médecine. L’auteur a passé cinq années à écrire ce roman qui est, semble-t-il, extrêmement bien documenté et détaillé, comme nous pouvons le découvrir à la fin du livre. Nous sommes immergés dans l’univers des urgences de façon assez réaliste et captivante. Anil à son arrivée va perdre tous ses repères et va devoir à la fois s’acclimater à cette nouvelle façon de vivre mais aussi au stress et aux responsabilités que lui imposent son nouveau statut. Il va découvrir les nouvelles technologies à la pointe, l’amitié mais aussi la tentation et le racisme au sein de son travail et dans la vie de tous les jours.

Un fils en or, c’est le tiraillement entre deux mondes. C’est ce besoin de trouver le bonheur avec les armes que l’on a ou de se le créer. C’est un livre de société dépaysant qui te fera réfléchir et passer un bon moment. Je te le conseille !  

Pour briller en soirée

Le mariage arrangé (et non le mariage forcé) est encore une réalité bien présente en Inde – 95% des mariages ont lieu au sein d’une caste ou d’une communauté – .
Une tradition qui perdure bien que le mariage d’amour gagne du terrain avec les années. Une jeune fille reste chez ses parents tant qu’elle n’est pas mariée. Le but du couple étant surtout d’avoir des enfants et non pas de trouver l’amour de sa vie. Il y a d’ailleurs souvent 3 générations qui cohabitent ensemble sous le même toit.

Certains entrepreneurs ont trouvé le filon et ont réussi à allier tradition et modernité comme Murugavel Janakiraman qui a inventé Matrimony.com, le portail numéro un du mariage arrangé en Inde.

Entre modernité et conservatisme, l’Inde évolue selon son époque et selon sa culture. la famille d’abord, l’amour ensuite.

Quelques chiffres sur le mariage en Inde (2014) :

  • Le taux de divorce est de 1,1 %
  • 75 % des indiens préfèrent avoir recours à un mariage arrangé
  • L’âge moyen du mariage pour les hommes est de 26 ans et 22,2 ans pour les femmes.
  • Généralement dans les zones rurales de l’Inde on se marie plus jeune, il y a une différence de 2 ans entre les zones rurales et les zones urbaines.

Et parce que l’Inde c’est aussi les belles couleurs, le sourire, les saris et la fête, voici un reportage photos des rites d’un mariage hindou : geo.fr

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article