Wilt 2

Auteur : Sharpe, Tom

Format : 317 pages

Note :

Editeur : Editions du Sorbier

Année de parution : 1979

La 4ème de couverture

Wilt n’aime pas les femmes, ni son boulot, ni d’ailleurs tout ce qui se met entre lui, sa bière et son pub. Mais voilà, il n’a pas encore réussi à se débarrasser d’Eva, sa chère épouse. Le destin lui a même joué un sacré tour. Il est désormais père de quadriplettes. Cinq à la maison. Trop pour ce misogyne ultra-acide et peu porté sur l’art subtil de la négociation.
Alors Wilt se jette à corps perdu dans le travail. Suite à cette désaffection paternelle, Eva embauche Irmgard, une jeune fille au pair. Wilt d’abord réticent à l’idée d’en avoir une sixième sur le dos, change vite d’avis lorsqu’il rencontre cette Allemande qui ne manque ni de charme, ni d’esprit. 

Le pitch

Nous avions quitté Wilt lors du tome 1 alors qu’il venait de rencontrer et d’éviter une quantité de problèmes impressionnante. 
Sa vie semble aujourd’hui bien plus rangée et cadrée, en tout cas au niveau professionnel. Au niveau familial, c’est en effet un peu plus compliqué avec la naissance de quadruplés, qui n’ont pas, et c’est le moins que l’on puisse dire, leur langue dans la poche. 

Cependant, pour Wilt, et c’est ce qui fait son charme, rien n’est simple. Il doit, dans un premier temps, défendre un de ses collègues qui est accusé d’avoir tourné un film pornographique avec un crocodile. 

Il doit également composer avec une nouvelle locataire, une jeune et jolie scandinave. 
Alors qu’il ne parlait plus de tuer sa femme, d’autres nuages vont s’amonceler sur sa tête et personne, même le voisinage n’en sortira indemne !

L’avis de Julien

La série des Wilt vaut le coup également pour ses sous-titres. Si tu as lu la chronique de Wilt 1 tu te rappelles du superbe Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore.
Pour le deuxième tome de la série, l’autre titre est intéressant également : Comment se débarrasser d’un crocodile, de terroristes et d’une jeune fille au pair. 
Aussi bizarre que cela puisse paraître, cette phrase résume plutôt parfaitement ce qu’est ce livre. 
C’est en effet loufoque, absurde, amusant et ça aiguise la curiosité. 

Tom Sharpe qui nous a quitté au début du 21ème siècle a été primé pour ses talents de romancier à l’humour noir. 
Son personnage principal, Wilt, est un prof désabusé, qui possède des trésors d’intelligence, cachés certes, et d’ingéniosité. 
Bien qu’il se retrouve par hasard dans des situations très improbables il arrive à chaque fois à s’en sortir de manière encore plus originale.

J’ai donc aimé, quelques mois après, lire la suite des aventures de notre anti-héros (je trouve qu’il porte bien ce nom d’ailleurs).
Je n’enchaînerai pas forcément tout de suite sur le 3ème (ça se lit bien mais une pause s’impose entre chaque épisode) mais je le retrouverai, plus tard, avec plaisir !

Citation

« Wilt gratta une épluchure de carotte qu’il avait dans l’oreille et soupira. C’était toujours la même chose. Personne ne le comprenait ni ne le comprendrait jamais. Il était d’une incompréhensibilité infinie et le monde était plein d’idiots, lui compris. »

Pour briller en soirée

Les puristes et fans de Tom Sharpe regrettent la traduction française des sous-titres de ses romans. 
La version anglaise est en effet beaucoup plus courte et souvent beaucoup plus classe. 
Par exemple le sous-tire de Wilt 2 est Wilt alternative. Peut-être qu’en France on cherchait un titre bien plus accrocheur. 

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article