L’assassin royal

Auteur : Hobb, Robin

Format : 510 pages

Note :

La 4ème de couverture

Au royaume des Six-Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant, renonce à devenir roi-servant le jour où il apprend l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’autorité de Burrich, le maître d’écurie. Mais le roi Subtil impose que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’enfant découvrira bientôt que le véritable dessein du monarque est tout autre : faire de lui un assassin au service du pouvoir royal. Et tandis que les attaques des Pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame.

L’avis de Julien

J’aime alterner les styles de lecture et en passant dans le rayon science-fiction et fantasy d’un grand marchand de livres je me suis par hasard attardé sur la 4ème de couv de l’assassin royal. J’en avais il me semble déjà entendu parler et je suis rentré chez moi avec le bouquin sous le bras.
Quelques mois et 13 romans plus tard (oui 13 !!!) j’avoue que je ne l’ai pas regretté.

Tous les ingrédients y sont : un personnage attachant, parfois maladroit, parfois naïf mais tellement courageux.
Des personnages secondaires (Burrich, le fou, Oeil de loup) hauts en couleur.
De terribles ennemis, retors et fourbes.
Des dragons, de la magie, des gens qui possèdent l’art et/ou le vif (faut lire le bouquin pour savoir ce que c’est).
Et des animaux avec une humanité bien plus forte que chez les hommes.

Tu t’en doutes, j’ai accroché.
Tellement accroché que pour moi le trône de fer (game of throne) c’est de la gnognote à côté. Tellement accroché qu’après une saga de 13 tomes je me suis dit qu’avant que je lise un autre roman de Robin il allait falloir du temps. En effet, si tu lis 3 lignes tu sais que tu ne décrocheras pas avant l’épilogue final.
Loupé, si je le voulais je pourrais déjà écrire mes impressions après la lecture des 2 premiers tomes de sa nouvelle saga, le fou et l’assassin !

Pour briller en soirée

Malgré ce que j’ai longtemps cru, Robin Hobb est une femme et elle a également écrit des romans sous le pseudonyme de Megan Lindholm. Pour les spécialistes, elle écrit surtout dans le domaine du médiéval-fantastique.

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article