La vérité sur l’affaire Harry Quebert

Auteur : Dicker, Joël

Format : 672 pages

Note :

La 4ème de couverture

À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’étéuu 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

L’avis de Marion

J’ai beaucoup aimé ce roman qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Il y a du suspense, des rebondissements, une intrigue plutôt bien construite. Joël Dicker nous met dans une situation d’attente qui nous empêche de fermer le livre et nous fait tourner les pages sans interruption.

Plusieurs thèmes sont traités, le métier d’écrivain, le monde de l’édition, le pouvoir des médias, les amours interdites… mais c’est avant tout un polar.

« Un bon livre Marcus, est un livre que l’on regrette d’avoir terminé ».
Je suis complètement d’accord avec cette idée sur la lecture en général et qui s’accorde tout à fait à mon ressenti sur  » la vérité sur l’Affaire Harry Quebert ».

Un très bon moment de lecture avec des chemins qui se croisent, des personnages secondaires que l’on découvre doucement, un cheminement qui nous porte où et quand l’auteur le décide.
En tant que lecteur nous jouons un peu le rôle de voyeur qui découvre au cours de la lecture tous les secrets bien cachés des habitants d’Aurora.

Nuit blanche garantie !

Pour briller en soirée

Contrairement à ce que l’on pourrait penser durant la lecture, il ne s’agit pas d’une traduction. Joël Dicker est suisse et a volontairement américanisé son roman avec des codes et des clichés tournés en dérision.

Commentez l'article