Le soleil des Scorta

Auteur : Gaudé, Laurent

Format : 284 pages

Note :

Editeur : Actes Sud

Année de parution : 2004

La 4ème de couverture

L’origine de leur lignée condamne les Scorta à l’opprobre. A Montepuccio, leur petit village d’Italie du Sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. 
Mais ils ont fait voeu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu’ils appellent « l’argent de New York », leur richesse est aussi immatérielle qu’une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. 
Ou encore un secret, comme celui que la vieille Carmela confie au curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer. 

Le pitch

Luciano Mascalzone revient au village, à Montepuccio, pour récupérer ce qui lui revient. Bandit, voleur, violeur il sera le point de départ de la lignée des Scorta. Son passage sera bref et violent mais engendrera un fils, Rocco. 

Carmella, la fille de Rocco, nous raconte l’histoire de cette famille dont tous les membres révèlent des vices et tares particuliers mais également des valeurs fortes. Le partage, la solidarité, le goût de l’effort sont ce qui nous lie sous le Soleil des Scorta. 

L’avis de Julien

1 chapitre, 32 pages et j’étais déjà conquis. En effet, ce livre est magnifique. L’action se déroule dans un petit village du Sud de l’Italie où la chaleur n’est pas amicale. Les terres sont sèches, arides et cette canicule t’atteint à travers les lignes de Laurent Gaudé.
Tu imagines cette terre craquelée sur laquelle même les lézards recherchent un minuscule coin d’ombre.

La chevauchée initiale de Luciano Mascalzone sur son âne est éreintante et atteindre son village une épreuve. Ce bandit de grands chemins revient ici pour reprendre ce qui est censé lui appartenir et il l’imagine, pour y mourir. Son arrivée sera le point de départ de cette saga familiale où la pauvreté et le malheur se disputeront avec la solidarité et l’amour familial. 
Le destin est en marche : 
« Une famille devait naître de ce jour de soleil brûlant parce que le destin avait envie de jouer avec les hommes, comme les chats le font parfois, du bout de la patte, avec des oiseaux blessés. »

3 générations plus tard, Carmella, raconte au curé du village, tous les secrets de la famille. Secrets d’une lignée riche en courage, profondément ancrée sur ces terres cause de tant de leurs malheurs. Terres qu’ils n’arriveront quasiment jamais  à quitter ce qui sera autant leur malédiction que leur bénédiction.
« Il faut profiter de la sueur » comme le dit Raffaele à son neveu, phrase symbole de cette transmission propre à tous les Scorta au crépuscule de leur vie. 

J’ajoute évidemment ce roman à notre top des meilleurs Prix Goncourt tant j’ai aimé cette saga familiale, tellement bien écrite et touchante. 
Merci Laurent Gaudé !

Pour briller en soirée

La saga familiale est un genre littéraire à part entière. 
Marion, contributrice du blogbook de Cassiopée y est particulièrement sensible. 
Comment ne pas citer 100 ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez ou Racines de Alex Haley ?
On la retrouve souvent « roman historique ». Me viennent notamment à l’esprit les Fortune de France de Robert Merle ou les Piliers de la Terre de Ken Follett
N’hésite pas à en ajouter dans les commentaires. 

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Commentez l'article